Nouveau chez moi, nouvelle vie

Aujourd’hui j’aimerais partager avec vous une expérience personnelle qui peut-être vous parlera…

Vous connaissez ce vieux dicton « c’est le cordonnier le plus mal chaussé » ? Et bien vous allez vite comprendre à quel point cette expression s’est avérée vraie pour moi ! Je travaille dans le domaine du bien-être et de la décoration depuis une dizaine d’année. Je conseille mes clients pour qu’ils se sentent bien chez eux, que leur maison devienne un lieu où se ressourcer et se reposer. Mais quand il s’agit de soi, tout est différent ! Difficile d’avoir assez de recul, de s’auto-analyser et d’être objectif. Et pour preuve, mon dernier emménagement ne s’est pas passé comme je l’imaginais…

Nouvelle vie rêvée

Un besoin de renouveau

En 2021, j’avais besoin d’un grand changement, d’un nouveau départ. Après presque 10 ans passés dans la belle ville de Nantes, je n’ai pas résisté à l’appel de la Bretagne et de ses côtes sauvages. Envie de repartir à zéro, de pouvoir profiter de l’océan chaque jour, de me retrouver seule et de sortir de ma zone de confort. Inconsciemment, j’avais besoin d’être un peu bousculée et je n’ai pas été déçue !

Trévignon, Finistère Sud

A la recherche de mon futur logement

Au début, tout est excitant : aucune limite, tout à construire, un million d’idées nouvelles et d’envies. Puis je m’aperçois rapidement que trouver un logement dans le Finistère Sud est quasi mission impossible ! Au bout d’un mois, je parviens à visiter un appartement, un seul, tout petit, humide, sombre… Je passe mon chemin et décide de poursuivre mes recherches, non sans mal.

Je finis par tomber sur l’annonce d’une maison, à quelques kilomètres de la mer. Honnêtement, ce n’est pas le coup de cœur. Une vieille maison dans son jus, avec des fenêtres à croisillons qui assombrissent la pièce principale, des couleurs pastels sur les murs qui ne s’accordent pas du tout, des poutres foncées…bref une maison qui ne me fait pas rêver d’un point de vue déco mais avec tout de même une belle surface, un petit bout de jardin et le charme de la vieille pierre ! Je décide donc de signer le bail, par peur de ne pas trouver mieux ailleurs. Je suis tout de même heureuse d’avoir enfin trouvé mon nouveau chez moi, bien qu’il ne soit pas parfait.

Quelqu’un tente d’entrer chez moi !

Première nuit, je ne suis pas rassurée. Dormir dans une grande maison vide (mes meubles n’étant pas encore arrivés !), en pleine campagne et ne connaissant personne à moins de 200 kms… Je finis par m’endormir, malgré l’inquiétude. Mais…4h du matin, j’entends du bruit : quelqu’un tente d’entrer chez moi. Panique à bord ! Le mystérieux visiteur n’insiste pas, la porte étant fermée à clé, il quitte les lieux rapidement. Le lendemain, j’interroge mes voisins, en espérant que l’un d’entre eux me dise « oui, c’est moi qui suis venu cette nuit », en vain. La maison n’ayant pas été habitée durant quelques mois, ma présence ici aurait pu leur paraitre inhabituelle. Les mois qui ont suivis ont été plus que compliqués. Tous les jours la même rengaine : l’angoisse qui monte à la nuit tombée. Insomnie, fatigue, nerfs à vifs, je ne sais plus quoi faire.

Je ne me sens pas chez moi !

Les semaines passent, la tranquillité de retour, les peurs ont fini par s’estomper, mais le sentiment de mal être est toujours présent. Je ne trouve pas ma place dans cette maison. Pour moi c’est un comble ! Comment allais-je pouvoir continuer à conseiller mes clients sur le bien-être dans leur maison si moi-même je ne trouve pas ma place dans la mienne ? Difficile de s’auto-analyser, difficile de trouver assez de recul pour voir les choses sous un autre angle. Je ne comprends pas le langage de ma propre maison, je vis cette situation à la fois comme un échec personnel et professionnel.

Mauvaise base de départ

Sur les conseils d’un ami et collègue (Nicolas Colomines https://www.arzhtelier.com/ ndlr), je décide de tout reprendre à zéro ! D’entrer à nouveau chez moi comme si c’était la première fois.

J’avais besoin d’un nouveau regard sur ma maison

Lorsque j’ai emménagé dans les lieux, tout s’est fait dans le stress et la précipitation. Mauvaise base de départ ! J’ai posé mes meubles et ma déco de sorte que l’énergie circule convenablement, mais je n’ai pas fait l’étude Feng Shui de manière approfondie, n’ayant pas encore trouvé la date de construction de la maison.

Blocage

Je reprends donc les bases : je me présente à la maison, je tente de créer le contact avec le lieu mais, blocage ! Je ne parviens pas à aller au bout de la démarche. Je me souviendrais toujours de la remarque de Nicolas « la maison ne comprend pas que tu ne comprennes pas ! ».

Les mois défilent, submergés par le quotidien, sans que rien ne change. Puis un jour, je décide de prendre un instant pour imaginer comment je transformerais cette maison si j’en avais les moyens. Je gribouille quelques croquis d’aménagement, je sors mes nuanciers et là, à ma grande surprise, tout devient plus fluide, plus serein.

Ecouter et observer : premières étapes vers le changement

Je réussis enfin à communiquer avec mon intérieur, à l’observer avec un regard neuf, à prendre soin de lui. Etrange manière de formuler les choses me direz-vous ? Mais c’est ainsi, la relation que l’on a avec une maison est similaire à la relation avec une personne. Il faut du temps pour se connaitre, s’apprivoiser, tester ses limites, se rassurer, se sentir en sécurité… Il est indispensable et nécessaire de prendre du temps pour s’occuper de son logement, au-delà des tâches quotidiennes, du ménage et du rangement bien sûr. Même si l’on ne comprend pas les messages que le lieu nous envoi, l’observation et l’écoute sont les premières étapes d’une communication réussie. Vient ensuite l’analyse puis la mise en place des changements et des améliorations.

Enfin chez soi !

Quelques mois plus tard, je rentre d’une balade en fin d’après-midi et là, surprise, je vois sur le linteau en pierre au-dessus de la fenêtre une date. C’était sous mes yeux depuis le début : la date de construction de ma maison ! A peine visible parce qu’effacée par les années. La lumière de cette fin de journée ensoleillée m’a enfin permis de connaitre l’année de construction, pouvant ainsi dresser la carte énergétique du lieu. Depuis, tout va pour le mieux dans ma chère maison imparfaite, on a fini par se comprendre elle et moi ! Je me sens maintenant en sécurité, dans un univers chaleureux et bienveillant.

La maison doit être un allié dans la vie de tous les jours et non une contrainte.

Toutes ces mésaventures m’auront fait avancer un peu plus dans ma vie personnelle et professionnelle. Dorénavant, je parviens à me sentir en sécurité même en étant seule, j’ai gagné en confiance en moi. Et surtout, j’ai compris à quel point un lieu conditionne notre vie, bien qu’en étant déjà convaincue depuis des années. Le fait d’en faire moi-même l’expérience m’a amené un autre degré de compréhension et d’analyse.

Le hasard n’existe pas

Je suis intimement convaincue que rien n’arrive par hasard. Lorsque l’on emménage dans un nouveau logement, il y a toujours une histoire à comprendre, une analyse à donner, une nouvelle marche à franchir. Même s’il s’agit parfois d’un endroit que l’on ne choisit pas vraiment, il y a toujours une leçon à en tirer.

L’âme de la maison

Durant ces mois d’angoisses et de malaise, j’ai fini par comprendre à quel point le temps et l’écoute sont précieux et nécessaires. Lorsque l’on emménage dans un nouveau lieu, on doit le faire en pleine conscience. Une maison, ce n’est pas seulement une construction faite de béton, de pierre et de bois. Une maison c’est aussi une âme, une histoire, une entité à part entière.

Prenez soin de votre maison, elle vous le rendra bien !

Alors, la prochaine fois que vous entrerez chez vous, faites-le en pleine conscience, observez ce qu’il se passe autour de vous, ressentez, écoutez…

Si je n’avais qu’un conseil à vous donner, ce serait celui-ci : prenez soin de votre maison aussi bien que vous prenez soin de vous ou de la personne que vous aimez.

Je vous souhaite de trouver, vous aussi, votre petit coin de paradis !

A bientôt dans un prochain article 😉 !

4 réflexions au sujet de « Nouveau chez moi, nouvelle vie »

    1. Ressentir ça s’apprend. Cela peut prendre du temps, mais je pense que l’on peut tous développer cette sensibilité. Il suffit parfois de reprendre confiance en soi et en son intuition.

  1. A quel moment on se dit « pause » et rentront à nouveau dans notre maison comme si c’était la première fois ? 🤔☺️

    Ton article est vraiment beau à lire et ça réchauffe le cœur ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *